Traité de vélocipédique élégance
Pierre-Luc Vacher - 27/03/11
Attitude élégante et politesse à vélo
L'élégance physique va souvent de pair avec une élégance morale aussi je me propose d'étudier ce point plus en détail.

L'élégance morale dans la vie

L'élégance morale ne se limite pas aux règles de politesse et de savoir-vivre, mais toutes ces notions ont en commun un respect de l'autre et se composent de marques de reconnaissance d'autrui comme moyens de faciliter la vie en société. A l'inverse, celui qui s’oppose à ces règles se met sous l’emprise de la vulgarité.

tati
L'exemple entre tous, Tati, élégant en toutes circonstances  !














Voici quelques règles de politesse :
  • dans un lieu public, on laisser sa place assise à une personne plus âgée ;
  • lorsqu'on croise une personne plus âgée sur un trottoir étroit, on lui laisse le passage en descendant du trottoir ;
  • en public, notamment dans la rue, on ne crache pas ;
  • quand une personne a été impolie envers une autre, il est bien qu'elle demande qu'on l'excuse, ce qui peut se faire avec je te prie de m'excuser (et non je m'excuse) ou je regrette mon impolitesse ;
  • la politesse demande qu'on s'adresse en France à une personne inconnue, ou plus âgée en la vouvoyant. D'autres pays de la francophonie (ou d'ailleurs) auront d'autres règles ;
  • on doit tenir la porte à la personne qui se trouve derrière vous;
  • on ne jette pas de papiers par terre.
On remarque que plusieurs de ces règles concernent l'espace public, la rue. J'y reviendrai dans un deuxième point concernant le vélo.  

Connaître sur le bout des doigts les règles de politesse les plus pointues n'est rien si on oublie d'être indulgent avec ceux qui ne les maîtrisent pas : au lieu de se moquer, la personne polie peut chercher à expliquer les convenances habituelles dans telle situation, tout cela sans faire peser la moindre honte sur l'autre et sans chercher à se mettre en valeur soi-même.

Les règles de savoir-vivre sont évidemment liée à la politesse, mais concernent plus précisément la galanterie des hommes à l'égard des femmes, les manières à table ou ailleurs, la façon de parler,  d'accepter ou de refuser une invitation...

On ne donne généralement pas de "règle" de l'élégance morale. Pour faire simple, l'élégance morale
consiste à se sortir de toutes situations avec panache, sans démonter ni humilier l'autre, elle reprend les règles de politesse et de savoir-vivre et y ajoute "l'art et la manière" :

- savoir tirer sa révérence en beauté, et non pas comme un voleur,
- ne pas risquer se décatir en public en accomplissant une chose qui nous est demandée ou bien en sachant décliner l'invitation si on pense que ce n'est pas le moment,
- accepter l’âge non pas comme un vieillissement mais comme le sas vers une sagesse possible, souhaitable.
-
savoir perdre au jeu, sans s'excuser d'avoir été nul ni accuser les autres d'avoir triché.


Politesse et sécurité

On peut remarquer que les règles de sécurité habituelles à vélo correspondent assez bien à l'idée d'une attitude élégante envers les autres. J'en rappelle quelqu'unes :

- Circuler au centre de la chaussée si les autres véhicules ne peuvent vous doubler sans respecter la distance minimum de sécurité (1 m en ville)
- Signaler avec le bras vos changements de direction
- Respecter la priorité à droite
- Respecter la signalisation routière
- Faire attention aux autres usagers de la route
- Ne montez pas et ne roulez pas sur les trottoirs
- Rouler de préférence sur les voies cyclables
- Ne pas téléphoner en circulant
- Ne pas dépasser les gros véhicules par la droite (risque d'angle mort)
- Port de vêtements clairs et du casque recommandé
- Ne pas emprunter les sens interdits sauf dans le cas de contresens cyclable.

Mais l'élégance à vélo ne peut se réduire aux règles du code de la route dont certaines à mon avis ne tiennent pas compte de la spécificité des vélos. Je suis partisan, pour le développement du vélo urbain, d'un aménagement de certaines règles (tourner à droite aux feux rouges...). D'ailleurs c'est une attitude élégante dans les différentes situations qui permettent de s'affranchir plus ou moins du code sans poser de problème de sécurité.

Je peux citer par exemple la règle suivante : "n
e transportez pas de passager sur le vélo". J'ai eu l'occasion de raccompagner une demoiselle assise en amazone sur la barre de mon vélo et j'avoue que ce geste m'a paru bien plus "élégant" qu'un refus en raison d''un risque éventuel. Mais si je m'étais surestimé et qu'après un essai l'aventure apparaisse finalement dangereuse, l'attitude élégante aurait consisté en un refus poli. Et d'ailleurs, maintenant que l'on sait fabriquer des vélos rigides sans barre haute, plus pratiques à enfourcher, pouvoir transporter quelqu'un dessus est la seule justification que je trouve à cette barre horizontale qui continue à exister sur de nombreux modèles !
livreurs

Transporter un(e) ami(e) sur son vélo

Franchement, puisque ça évite de prendre une voiture ou un deux-roues à moteurs, pourquoi s'en priver ?

surbarrecentrale portage à l'arrière 

vu à Mexico
Elégance et politesse sur un vélo

Il n' y a pas de raison de laisser les règles de savoir-vivre et de politesse à la maison : cette évidence est pourtant à rappeler quand on sait combien des personnes habituellement polies dans la vie peuvent se montrer agressives au volant de leur voiture. Dans les stations souterraines du métro, chaque jour des milliers de personnes se frôlent de près, se touchent, compressées par des voisins eux-mêmes compressés : pourtant la plupart du temps, aucune bagarre ne se déclenche pour avoir éfleuré la main ou un manteau involontairement, les gestes de politesses habituels (signes de tête, sourires, les mots "pardon" ou "excusez-moi") suffisent en général pour faire tomber toute tension éventuelle. Qu'on imagine comment réagissent les automobilistes quand le moindre pare-choc est effleuré : un signe n'est pas fait (ou pas vu par l'autre) est cela devient un drâme !

Sur un vélo dans la circulation, on peut plus facilement s'efforcer de rester nous-mêmes, l'absence de puissants chevaux "sous le capots" et de coque de protection (casque ou carosserie) doit nous y aider. Ne pas hésitez à faire des gestes visibles pour éviter tout malentendu et tout équivoque.

Plus vulnérable que les deux et quatre roues motorisées, le vélocipédique élégant aura à coeur de montrer :

1- qu'il est là, pour se faire repérer, par souci de sécurité (et non pas parce qu'il est le plus important),

2- qu'il est attentif aux autres (et non pas ignorant ni méprisant des autres),

3- qu'il peut ne pas avoir tout vu.

à pied aussi

Comment faire ? Voici quelques exemples concrets :

- quelqu'un vous laisse passer, n'oubliez pas de lui faire un petit geste de la main, au lieu de continuer sans le regarder, comme si vous étiez le roi (ou la reine) de la route dans un 4X4.

- Vous heurtez quelqu'un par inadvertance. Vous vous excusez en faisant un signe de tête bien visible, éventuellement en n'hésitant pas à dire les mots de façon audible. Tout se terminera alors par un sourire. Ne pas oublier tout ce qui peut éviter les éventuels quiproquos ou malentendus.

A un carrefour, ce n'est pas forcément à la voiture de passer en premier avant le vélo : si on décide d'y aller en premier, bien le signifier au conducteur et y aller franchement sans montrer d'hésitation, tout en restant à l'écoute d'un éventuel changement d'attitude de derniére minute. Si on laisse passer la voiture en premier, un geste de  la main, un sourire appuyé d'un signe de tête montrent que vous n'avez pas été "battu" mais que vous avez choisi cette solution.

- Vous êtes en panne : pas de panique, garder la tête haute, ce n'est qu'une circonstance toute provisoire et de plus vous n'êtes pas bloqué, vous pouvez toujours marchez et faire la distance à pied votre vélo à la main.  Si vous êtes devant une côte trop importante vous obligeant à marcher, même conseil : vous n'êtes pas obligés à tout prix de rester en selle. Au contraire, préserver votre corps d'un effort trop important vous honore.

à pied aussi
  Page d'accueil               Page suivante